Valoriser son travail d’artiste grâce à de belles photos


Dans une société où l’image est omniprésente et dicte ses lois, notamment sur les réseaux sociaux, il est primordial de présenter des photos de ses œuvres qui soient de qualité optimale.


Cependant, la tache n’est pas toujours simple, notamment parce qu’il n’est pas toujours facile de photographier ses œuvres dans des conditions de luminosité optimale (lumière du jour). En hiver, notamment, les couleurs sont souvent plus ternes, comme "éteintes". Et lorsque l’on prend des photos en intérieur, la lumière électrique a tendance à les jaunir, à réchauffer les tons. En outre, il ne faut jamais utiliser de flash, afin de ne pas créer de zones brillantes sur les photos, ce qui dénaturerait totalement les œuvres.


Je ne suis pas professionnelle de la photo. Je vous propose donc simplement une astuce pour prendre des photos en intérieur, quelle que soit la saison, les réglages de l’appareil étant parfois complexes selon la luminosité ambiante (sensibilité ISO, niveau d’ouverture le plus grand possible, niveau d’exposition, fidélité des couleurs, vitesse d’obturation, pas de flash,…).


Pour prendre des photos de mes tableaux dans mon studio, j'utilise :

  • un appareil photo numérique de qualité que je trouve vraiment canon, pour ne pas citer de marque :-)

  • un trépied (pour stabiliser l'appareil et éviter les flous de mouvement) ;

  • un studio de photographie portatif léger doté d’ampoules LED à lumière blanche (pour obtenir le presque équivalent de la lumière du jour ;

  • un rideau blanc opaque assez épais, que je place derrière le chevalet, sur lequel je place mes tableaux à photographier (position la plus perpendiculaire au sol possible).

Cela demande pas mal de temps d'installation avant chaque prise de vues, j'essaie donc de ne prendre les photos de mes tableaux qu'à partir de 10 nouvelles oeuvres par séance.


Une fois les photos prises, je vous conseille de :

  • les recadrer correctement (pas d’arrière-plan derrière le tableau, bords parfaitement droits et sans blancs,…). Ce travail se fait très facilement avec des logiciels de photo comme PHOTOSHOP d'ADOBE ;

  • les nommer (un titre spécifique par photo, sans accent, ni symbole), si possible intégrant le nom de l’œuvre et/ou des mots clefs, ce qui facilitera notamment un bon référencement naturel sur les moteurs de recherche lorsque les photos seront mises en ligne ;

  • réduire le format de chaque photo en 72 DPI pour une diffusion sur un site internet, une newsletter ou les réseau sociaux (personnellement, j’inscris HD pour "Haute Définition" à la fin du nom de fichier de mes photos originales et BD pour "Basse Définition" pour mes photos destinées au web);

  • penser à passer vos photos en mode CMJN et 300 DPI, lorsqu’elles sont destinées à l’impression (ce réglage se fait aussi facilement PHOTOSHOP), à condition d’avoir, au départ, des photos de haute résolution.

NOTA BENE :

  • Il faut toujours prendre des photos de ses tableaux en haute résolution : on peut ensuite les réduire selon les besoins… mais l’inverse est impossible sans endommager les photos, qui seraient alors pixellisées ;

  • Les fichiers photos pèsent vite très lourd… Personnellement, je les stocke donc sur un serveur externe, dont je fais, par précaution, des sauvegardes régulières, pour ne pas prendre toute la mémoire de mon PC ;

  • Lorsque l’on vend ses tableaux sur internet, les visiteurs et acheteurs potentiels s’attendent logiquement à ce que le tableau vu à l’écran ressemble comme deux gouttes d’eau à l’original. Cependant, il faut savoir que les couleurs peuvent varier d’un écran à l’autre, selon le matériel et le réglage de la luminosité de l’écran. Il est donc très difficile d’avoir un rendu exact des couleurs.

Vous souhaitez de vrais conseils de pro ? Je vous invite à consulter l'article dédié à la photographie en intérieur sur le site PHOTOTREND.

Crédits photos : montage d’après une photo d’Alexander Dummer.