Peindre et exposer, combien ça coûte ?


Lorsque j’expose, ou à travers le formulaire de contact de mon site internet, il n’est pas rare que les plus jeunes publics me demandent : "J’adorerais être artiste-peintre, comment vous avez fait ? ça coûte cher ?". À la première question, la réponse est simple : étant totalement autodidacte, j’ai simplement beaucoup travaillé et économisé, pour donner à mon rêve d’enfant une chance de se réaliser. Mais à la deuxième question, je peux apporter quelques réponses...

La peinture est une passion merveilleuse, mais qui coûte - il faut bien l'avouer - relativement cher. En dehors de l’achat de matériel, il faut stocker ses œuvres, les assurer, payer des frais de location pour les exposer, concevoir des outils de communication pour promouvoir son travail, réaliser des campagnes de publicité, payer les cotisations annuelles aux différents organismes,… Bref : avant de se lancer, il est important de "se projeter", travailler son "Business Plan" et considérer qu’il s’agit d’un investissement sur le long terme.

Internet a rendu l’accès à l’art beaucoup plus simple : tout le monde peut créer son site web ou son blog pour y présenter ses œuvres ; l’offre est devenue exponentielle et tellement plus importante que la demande, qu’il est difficile, pour un artiste de "faire son trou" et pour les publics (potentiels clients), de s’y retrouver, parmi des milliers d’œuvres diffusées, chaque jour, sur les réseaux sociaux, les portails d’art spécialisés, ou par voie de newsletters. Pour un artiste, il est aussi devenu plus difficile encore de vendre, lorsque la situation économique - comme celle que nous connaissons actuellement - est franchement défavorable à la consommation de biens ne faisant pas partie des produits de première nécessité.


Mieux vaut donc savoir à quoi s’attendre, lorsque l’on se lance dans cette activité de façon professionnelle.

Tout le monde parle de "valeur" lorsqu’on évoque le monde de l'art. Je dirai simplement que s’il est toujours difficile de dire combien "vaut" une peinture… il est beaucoup plus simple de dire combien elle "coûte". 😉

Quels sont les principaux postes de charges (dépenses) et de recettes d’un artiste-peintre ?

À savoir :

  • Sans grande surprise, les postes de dépenses les plus importants sont généralement ceux liés aux expositions (frais de location,…) et à la publicité/promotion. Pour ce qui concerne l’achat de matériel, il y a toujours moyen de se débrouiller (voir point suivant) ;

  • Le stockage des œuvres dans des conditions optimales est primordial : elles doivent être placées dans un local aéré, sans aucune humidité, ni chaleur, ni source de lumière et à l’abri de toute possible intempérie (ex : inondation, incendie). Mieux vaut donc éviter son garage, sa cave, ou son grenier et opter pour la location d’un box chez un professionnel auquel on payera l’assurance RC, en même temps que le loyer ;

  • Les expositions à l’étranger coûtent cher : en dehors des frais d’inscription et de location, il faut ajouter les coûts de transport et d’assurance des œuvres, les frais de douanes et… si vous vous déplacez pour assister à l’évènement, les frais de transport (avion, taxi,…), d’hôtel, de restauration,…

  • C’est presqu’une lapalissade, mais les expositions à Paris coûtent forcément plus cher qu’en province… et l’on n’y vend pas forcément mieux ! En effet, l’offre culturelle est tellement importante au sein de la capitale, que les visiteurs sont moins prompts à se rendre en galeries, sur les salons et autres espaces culturels qu’en province : au plan local, l’offre culturelle est moins importante (j’entends : au sens quantitatif et non qualitatif du terme), mais surtout mieux relayée par la presse locale. À moins d’être un artiste connu et reconnu au plan national et international, une exposition au plan local acquiert dont plus facilement un statut "évènementiel" qu’à Paris et vous aurez donc aussi plus de chances qu’un journaliste assiste à votre exposition et - peut-être ? - écrive un article sur votre travail.

Comment générer des recettes lorsque l’on vend peu de tableaux ?

  • La location d’œuvres à des entreprises est une solution intéressante, à condition d’être assez disponible et de bien gérer son stock pour être à même de proposer aux clients intéressés l’exposition de leur choix. Une exposition temporaire en entreprise peut vous rapporter 300 €/mois en moyenne, si vous êtes représenté par une galerie. Beaucoup plus, si vous travaillez en direct avec le client, mais il vous faut alors traiter vous-même tout le travail de prospection et de fidélisation, sans parler de la logistique. À titre d’exemple, vous trouverez un descriptif de la formule "location d’oeuvres" sur la page dédiée de mon site internet, qui liste aussi les principaux avantages dont bénéficient les clients ;

  • Devenir affilié en s’inscrivant sur des plateformes d’affiliation dédiées (ex :effiliation, Tradedoubler, Zanox,…) sans oublier les solutions proposées par Google Adsense. Grosso modo, cela consiste à proposer à des tiers, des espaces publicitaires sur votre site internet ou blog et de toucher une commission, chaque fois qu’un internaute clique sur telle bannière publicitaire que vous abritez sur votre site et achète un produit vendu par l'annonceur. Cette explication est très très résumée et il existe évidemment différentes formules au choix. Un conseil, cependant : privilégiez les échanges avec des annonceurs travaillant dans le même secteur d’activité que le vôtre (peinture, art, décoration, bricolage "Do It Yourself",…) pour éviter que votre site ne se transforme en panneau publicitaire, ce qui est généralement très mal perçu par les internautes et pourrait détériorer votre image de marque.

Comment réduire ses dépenses et faire des économies ?

  • Personnellement, je peins beaucoup et consomme donc une quantité de toiles et de pots de peinture non négligeable. Ayant la chance d’avoir le statut d’artiste professionnel, il m’est possible d’acheter en grande quantité et de réaliser ainsi des économies d’échelle : j’achète généralement mon stock de produits "basiques" deux fois par an chez deux fournisseurs spécialisés. Pour le reste (peintures spéciales, pigments, vernis,… que j’utilise en moindre quantité), j’attends que des promotions soient proposées, ce qui est le cas quatre fois par an, en moyenne. Il est aussi possible de vous faire "sponsoriser" par des magasins distributeurs de matériels et fournitures d’art, surtout si vous exercez au plan local (en province). À savoir: les artistes affiliés à la Maison des Artistes bénéficient en permanence d’une remise de 20% sur leurs achats, chez le distributeur Le géant des Beaux Arts ;

  • Lorsque je transporte mes œuvres vers et depuis une galerie pour les accrochages/décrochages de mes expositions personnelles, je fais appel au même taxi, à qui je paye un forfait. Non seulement cela est plus économique, m’évitant, entre autres, plusieurs voyages, mais une relation de confiance s’est installée, qui me semble primordiale. En effet, lorsque j’expose une cinquantaine d’œuvres, je ne peux me permettre de les laisser sans surveillance le temps de les décharger du véhicule et j’ai besoin que la personne m’aidant à les charger/décharger manipule les tableaux avec le plus grand soin ;

  • Si vous exposez au plan local, pensez aux "échanges marchandises" qui constituent un accord commercial gagnant-gagnant par excellence ! En bref : il s'agit de promouvoir les commerçants de votre ville/quartier sur vos supports de communication, lorsque vous participez à des expositions ou salons au plan local/régional ;

  • Lorsque vous louez un stand sur un salon, les peintres payent au mètre linéaire… les sculpteurs, au mètre carré… il est donc judicieux d’exposer en duo peintre/sculpteur sur un même stand, afin de partager les coûts (location + prestations annexes : électricité,…). En outre, cela permet de se remplacer l’un l’autre, en cas de besoin >>> Lire l’article "Salon d’art contemporain ou galerie ?"

  • Une de mes amies sculptrice, lorsqu’elle expose sur des salons, aide les galeries qui la représentent à aménager le stand et fait quelques remplacements lorsque la galerie a besoin de se déplacer, ce qui lui permet de réduire les frais de location ;

  • Il existe un grand nombre de solutions "Système D" et j’invite tous les artistes peintres, sculpteurs qui liront cet article, à m’adresser leurs suggestions, afin de compléter ce dernier.

***

Une fois que vous aurez établi votre budget, n’oubliez pas que "le temps, c’est de l’argent". Et qu’à l’heure du web, le travail d’un artiste-peintre, qui occupe la plus large partie de son temps… ne s’arrête pas à la création d’œuvres. Il doit, notamment s’il possède son propre site internet marchand, porter plusieurs casquettes et s’adapter, au fur-et-à-mesure que les technologies et habitudes de consommation des internautes évoluent. Un article à ce sujet paraîtra prochainement sur mon blog.


Je vous adresse, à tous, mes meilleurs vœux de réussite dans votre art et de ne jamais perdre de vue que si votre passion pour la peinture anime votre vie, comme la mienne, la vie vaut toujours beaucoup plus qu'elle ne coûte.


Bonne inspiration et bon vent à toutes et tous !


Eliora

Photo (c) Stanislaw Mikulski