Les portes sont faites pour être poussées et laisser entrer la lumière....

Mis à jour : 28 juil. 2019

Saurez-vous trouver la clef permettant d'accéder au monde surréaliste et tout en symboles de Véronique Méneghetti ?

Il est difficile de s'exprimer lorsqu'on a le coeur qui saigne. C'est plus difficile encore, quand on ignore pour quelle raison il saigne. Et cela devient impossible, lorsque l'on on sait trop bien pourquoi...


Avant de trouver les mots pour guérir ses maux, Véronique a donc cherché à s'exprimer par un autre moyen : la peinture. Sans doute parce que les couleurs ont le don de combler le vide et parlent à tous sans équivoque. Un tableau peut tout dire, tout expliquer, tout clarifier ; c'est un révélateur de soi qui ne triche pas. Et voilà l'important : ne pas tricher, dire les choses telles qu'elles sont, ou telles qu'elles devraient être... Car voyez-vous, bien que l'Italie soit présente dans la plupart de ses tableaux, de Sienne (une de ses couleurs favorites) à Venise, Véronique, jamais, ne porte de masque...

"Certains jours, j'ai rêvé d'une gomme à effacer l'immondice humaine"...


Lorsque j'ai découvert les tableaux de Véronique, cette phrase de Louis Aragon a spontanément résonné en moi. Au-delà de l'hommage passionné rendu à René Magritte, compatriote de Véronique, j'ai eu ce sentiment étrange d'une cassure profonde, comme l'empreinte d'un rêve brisé qui chercherait, dans l'univers d'un des pères du surréalisme, un moyen de s'évader d'un monde illusoire et vain, prenant parfois des allures de prison.


Mais pourquoi donc vouloir pousser une porte de toutes ses forces... alors même qu'il n'y aucun mur autour ?... Peut-être parce que l'on construit parfois sa propre prison et que ce qui, pour le commun des mortels, est une évidence, peut constituer à vos yeux un obstacle infranchissable. C'est le cas du Temps, ce temps souvent ennemi qui vous maintient prisonnier de vos souvenirs. La prison est d'autant plus terrible que rien ne peut combattre le Temps... à moins... à moins qu'il existe, dans la peinture, un moyen d'échapper à la réalité tangible !


Notre monde ne serait-il, finalement, que l'image que l'on se fait de lui ? Regardez bien les tableaux de Véronique, comme elle vous invite à le faire ; regardez "à travers" ses tableaux : poussez la porte, enfoncez-la ! Car la réalité, la vraie, se trouve juste derrière... là où aucune limite ne retient la pensée.


Véronique Méneghetti a le don de retranscrire en images ce qu'elle seule peut voir : un univers où tout ce qui semble irréel deviendrait enfin accessible et possible. Pour accéder à ce monde, il n'est pas besoin de clef, ni de pousser quelque porte que ce soit. Il faut simplement accepter qu'il n'existe aucune limite que celles que l'on s'impose à soi-même et dire en regardant sa vie de plus près, à la façon de René Magritte : "Ceci n'est pas une prison"...

Je vous invite à découvrir l'univers de Véronique Méneghetti sur sa page ARTQUID.


Elisabeth Eliora Bousquet

Titres des oeuvres :

  • Bandeau 1 : "Amours secrets" - "Hommage à Magritte" - "Intérieur Jour"

  • Bandeau 2 : "Mirage" - Sérénité sérénissime" - "St marc sauvé des eaux"

  • Bandeau 3 : "Lumière du Vénézuela" - "Eloge de la liberté" - "Les elfes"

Auteur des tableaux : Véronique Méneghetti - Tous droits réservés - Reproduction interdite